Jeux d'enfants

Remember you . . .
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Chelsea Cooper [Torride Admin]

Aller en bas 
AuteurMessage
Chelsea Cooper
|- Torride Atomic Admin -|
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 26
Citation : Je suis peux être une garce, mais au moin j'ai le courage de l'admettre
Love < 3 : Nobody...Shuck Me, Suck Me, eat me raw
Emploi : Chieuse Professionelle ^^
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Chelsea Cooper [Torride Admin]   Ven 2 Mar - 13:20

Votre Personnage


Nom: Cooper
Prénom: Chelsea
Age: 19 ans
Date et lieux de naissance: Je suis née le 12 Juillet 1987 à New Yord dans le célèbre Upper East Side dit "la Grosse Pomme"

Hobbies: Mes passes temps se résument le plus souvent à faire du shopping, faire la fête, et jouer à "Cap ou pas Cap" avec mon meilleur ami Charlie que j'affectionne beaucoup. Dévaliser les magasins, enfiler divers vêtements et défiler pour le bonheur des autres est une grande passion pour une fashion addict&believer comme moi !

Aime/Aime pas: Même si je garde des goûts compliqués à cause de mon habitude de l’argent et du luxe, j'aime les choses simples de la vie comme aller me promener sur la plage surtout pendant un coucher de soleil, manger du chocolat qui est une véritable gourmandise de toute façon je peux me le permettre. Je passe le plus clair de mon temps à faire du shopping, à sortir et tout ce que nous faisons dans notre ville adorée New York. J'aime pouvoir passer du temps avec mon best, aller shopper ensemble, faire la fête et délirer comme on a toujours su le faire depuis que nous sommes tout petit / Diverses choses peuvent m'agacer, je n’aime pas les gens qui se foutent des autres, j'ai en général du mal à encadrer ses gens là. J'ai horreur des mecs violents et irrespectueux envers la gent féminine, pour moi l’homme et la femme devraient être mis sur le même plan. J'ai horreur des épinards, et ces petites bêtes noires toutes velues que l’on appelle araignées m'horripilent à haut point. Je déteste les hypocrites et les menteurs.

Caractère: Ma principale qualité est ma gentillesse, toujours prête à aider mon prochain, je n'hésite pas à aider ma mère pour l'organisation des galas de bienfaisance ou même à écouter mes amis lorsqu'ils ont besoin d'un confident sûr, car oui je ne révèlerai jamais un secret qu'on m'a confié. Je suis le genre de fille qui préférerait se sacrifier plutôt que de trahir un ami...Je suis aussi franche et directe, je n'aime pas tourner autour du pot cent sept ans et préfère dire ce que je pense sur le moment avant de le regretter et de me dégonfler. Je suis une jeune femme dévouée et serviable qui n'hésite pas à se porter volontaire même si c'est une mission suicidaire. Je suis une jeune femme qui a toujours été très vive d'esprit et dotée d'une intelligence qui peut étonner vu qu'aux premiers abords je peux ne pas en avoir l'air.
Mais même si je suis un modèle de gentillesse attention à ne pas me trahir ou me faire de crasse car ma langue peut se délier très vite et vous faire regretter de m'avoir salie. Je suis assez curieuse ce qui me met parfois dans des situations pas possible, je suis aussi butée et bornée ce qui n’arrangent guère ces situations. Mon principal défaut est sans doute mon fait d'être très rancunière. Effectivement même si je peux parfois donner facilement ma confiance lorsqu'on la perd il est très difficile de la retrouver car je deviendrai très méfiante. Pour moi il y a des choses à ne pas faire et trahir un ami qui vous a fait confiance est une chose inacceptable.
Mon caractère n'est pas facile à cerner. On pourrait croire que je possède deux facettes en moi et ce ne serait pas avoir tort du tout. Avant tout je suis une fille très compliquée aux goûts compliqués. J'ai un goût très prononcé pour le luxe ce qui fait de moi une fille totalement blasée, orgueilleuse, éloquente et très hautaine. Toute jeune j'ai appris à 'parler' mais pas parler comme tous les petits devraient savoir parler, non parler pour me défendre, riposter contre une attaque verbale. Quand je commence à délier ma langue ce n'est pas très bon signe pour la personne visée car déroutant suis-je par ma beauté je suis très acerbe et violente dans mes propos lorsque je m'énerve. Et oui je suis une jeune femme très impulsive avec la capacité de pouvoir changer d'humeur en un claquement de doigt sachant passer du calme à la colère. Je suis comme on peut le dire une très très grosse fêtarde adepte dès plus grandes beuveries et fêtes 'pas très clean'. Dans ses fêtes je fais ce que la plupart des jeunes huppés qui peuvent se permettre d'y être font, en gros cela se résume à boire, fumer, se défoncer et surtout....draguer. Je suis une grosse dragueuse qui sait jouer de mes atouts et qui en a fait tombée plus d'un.
Je suis parfois égoïste en effet je pense à moi avant de penser aux autres, je veux toujours avoir raison et arrive d’ailleurs souvent à mes fins. Je suis très têtue et impulsive, je n’avouerai jamais que je n’ai pas réfléchi avant d’agir je suis trop fière pour ça. Je me préoccupe beaucoup de ma personne, les fringues et mon corps sont très importants ce qui me rend un brin superficielle. Je suis aussi arrogante et désinvolte aux premiers abords, me laissant difficilement approchée préférant adopter cette attitude, le mystère Chelsea Cooper restant entier. Je suis une bonne vivante, toujours prête à rendre le sourire à mes amis que j'adore par-dessus tout. Je suis une fille marrante qui derrière ses airs de fille sérieuse se cache quelqu’un qui ne se prend pas au sérieux et qui adore rigoler et s’amuser. Je ne crois pas vraiment en l'âme soeur, belle femme, j'attire beaucoup de mecs avec qui il m'arrive de coucher mais rien de plus. On pourrait me qualifier de perverse sexuelle d'un côté ce n'est pas un tort. Mais en réalité je ne suis pas vraiment cruelle, il m'arrive juste de péter souvent les plombs et de faire n'importe quoi lorsque je suis bourrée. Je déteste l'autorité et suis une vraie casse cou. Maligne et rusée j'arrive toujours à me sortir de situations bizarres et dangereuses. J'ai comme on dit un sale caractère de cochon. Colérique lorsque je le souhaite il ne vaut mieux pas me chercher si on tient à sa vie. Je suis une vrai tête de mule bornée, butée qui ne lâchera jamais le morceau quand je veux quelque chose je suis prête à tout pour l'avoir quitte à prendre la honte de ma vie. Blasée je n'ai justement pas honte et me fiche des commérages qu'on peut blasphémer sur moi. Je n'ai pas à me justifier de mes actes au près d'inconnu et les envois paître à tout va. J'ai aucun sens de l'autorité, pour moi je fais ce que je veux quand je veux où je veux et celui qui essaye de me dire le contraire je le renvois chez sa mère aussi tôt. Mais derrière cette façade de marbre colérique et perverse peut peut-être se cacher une toute autre jeune femme avec un lourd passé derrière elle. Seulement je ne laisse pas facilement les gens apprendre à me connaître et ce ne seront que ceux qui seront les plus persévérants et courageux qui n'auront pas peur de se prendre des vents et des grognements, qui arriveront à supporter ma mauvaise humeur, mon sale caractère à longueur de journée qui pourront découvrir la vraie Chelsea...

Physique: Vous voulez que je vous parle de mon physique ? Très bien, vous l'aurez voulu. Je suis incontestablement belle, d'une beauté que vous ne pourrez jamais décrire tellement je suis unique. Je crois que vous avez déjà remarquer que je suis simplement sublime mais je suis encore plus que sa. Je sais que c'est étonnant qu'ont peux être encore plus belle que sublime mais c'est mon cas. Alors je vais y aller en profondeur car chaque partit de mon corps est sublime. Ma meilleure amie et moi, nous sommes les muses des plus grands créateurs, les deux plus belles filles de l'Upper East Side ne les cherchez plus vous les avez trouvez. Nous représentons avec classe et délice la jeunesse dorée sévissant à New York. Vous me trouvez peut-être superficielle ? Mais vous n'avez encore rien vu ! Les garçons je les mets à mes pieds, ils me désirent j'aime me faire désirer. Avec mon physique de déesse aucun ne me résiste, je représente à moi seule l'idéal féminin rassemblant sur moi jalousie et envie. Vous rêvez de me ressembler ne dites pas le contraire mais je suis désolé pour vous, vous n'y arriverez jamais. Arrêtez de vous tartinez la figure de produits diverses, la beauté, la classe et la grâce ne sont pas des choses qui s'apprennent, on naît avec ou on ne les a pas !
Revenons à mon corps. Je suis brune, mes cheveux sont lisses, les gens aiment souvent passer leur doigt dedans, ils sentent toujours bon, un parfum enivrant qui vous enivre. Un parfum que vous ne pourrez jamais porter car il perd toute sa beauté sur vous. Il est spécial, il ne nous va qu'à nous. N'espérez plus vous perdez votre temps. Mes yeux clairs sont envoûtants, reflétant le mystère mais aussi le désir. Ardent comme de la braise ils peuvent aussi vous poignarder dans le dos lorsque je le désire. Changeant de couleurs selon mon humeur gare à vous si ils s'obscurcissent. Passons à mon nez, fin et délicat il ne connaît aucune imperfection, bon odorat je suis capable de deviner ce que j'ai sous le nez sans même le regarder. Ma bouche donne envie d'être embrasser, pulpeuse et bien dessinée je sais la mettre en valeur quand il faut, glossant mes lèvres à souhait. Mon visage est doux et inspire la pureté. Mes traits fins mais prononcés le rendent encore plus agréable, quand je souris de petites fossettes se creusent autour de ma bouche tandis que mes pommettes grossissent légèrement et rosissent. Mon cou n'est ni long ni petit, il est tout simplement parfait et n'attend que la bonne bouche pour être embrassé.
Ma poitrine est superbement bien sculptée je n'ai pas à me plaindre de ce côté ! Ni trop grosse ni trop plate elle laisse rêveuse et m'attire beaucoup de regards ce qui ne cesse de m'amuser. Mon ventre plat mais pas maigre est lui aussi tout simplement parfait. Je ne suis ni grosse ni anorexique, vous l'aimez moi aussi.
Pourvue de longues jambes fines je ne suis ni grande ni petite, ma taille me convient parfaitement et je n'ai pas à m'en plaindre ! Mes fesses sont fermes et bien dessinées, ni gonflées, ni plates.
Au final ma silhouette est fine et élancée, beaucoup rêveraient d'avoir mon physique mais ne rêver pas trop vous ne l'aurez jamais !
Je surprends par mon impulsivité, mon ingéniosité et ma façon de me sortir des situations les plus cocasses. J'ai tout bonnement hérité (chose tout à fait normale) de la ferveur et dureté de mon père et de la beauté de ma mère. De toute manière la beauté est coutume chez les Cooper comme si elle est un banal héritage tout à fait normal chose pas tout à fait fausse.

Avart: Adriana Lima

Vous

Prénom: Steph
Age: 15 ans ^^
Comment trouvez vous le forum? 10 sure ! 'Cause je suis fière de mes deux petites chéries qui ont super bien bossés !
Comment avec vous trouver le forum? Bah Razz


Dernière édition par le Ven 2 Mar - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://american-beauty.frbb.net/index.htm
Chelsea Cooper
|- Torride Atomic Admin -|
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 26
Citation : Je suis peux être une garce, mais au moin j'ai le courage de l'admettre
Love < 3 : Nobody...Shuck Me, Suck Me, eat me raw
Emploi : Chieuse Professionelle ^^
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Chelsea Cooper [Torride Admin]   Ven 2 Mar - 13:36

Histoire: Les histoires les plus vraies et les plus magiques arrivent souvent à ceux qui le méritent. J’ai toujours pensé que ma vie était féerique et bien j’avais bien raison car j’ai une vie de princesse. Mon histoire du début a la fin est des plus jolies, ma mère et mon père ont tout fait pour que je sois parfaite et ils ont réussis à la perfection. Alors voici mon histoire depuis le vrai début.

Tout a commencé le 12 Juillet 1987.
<<Oh non, je n'ai pas de réseau ! Pourquoi ça ne capte pas ? C'est vraiment agaçant ces portables ! Ils valent une fortune et nous abandonnent dans les moments les plus critiques de notre vie ! Je dois à tout prix contacter ma beauty maker, où est-elle ?>> s’époumone Chelsea dans le ventre de sa maman.
<<Pourquoi veulent-ils que je sorte maintenant ? Je ne suis pas prête, moi ! Je dois à tout prix appeler mon coiffeur ! Donnez-moi deux minutes ! Ils m’énervent, que font-ils à me speeder comme ça ?>>
Mais Chelsea n’a pas le choix et doit faire sa première sortie sans un coup de peigne ni un gramme de fond de teint. C’est la première et dernière fois de sa vie que Chelsea arrive en avance.

Après une heure de préparatif, Chelsea arbore sa première couche Pampers avec un chic fou ! Entre vous et moi, les parents de Chelsea n’ont sans doute pas conscience de la grave erreur qu’ils commettent ce jour-là. Ils lui transmettent incontestablement le goût de la mode et du shopping. Mais nous ne leur intenterons pas de procès. Ils payent suffisamment cher leur écart quand leur petit ange dévalise les magasins, que Chelsea considère comme sa seconde famille. Chelsea suit les traces de sa maman qui n’a qu’un seul credo : « Acheter quand on rencontre ! »

A peine quelques minutes à son compteur, et cette petite porte déjà sur les épaules le charisme d’une très grande. Sans qu’elle n’en ait aucunement conscience, la grâce l’habite de toute sa finesse. Sa maman lui lègue un bel héritage : son élégance naturelle.
Alyssia est une femme remarquable, une icône d’Yves Saint Laurent, qui dessine les femmes qui plaisent aux hommes. Resplendissante de vie et d’amour, elle tient avec émotion son petit bijou dans ses bras en lui promettant de lui offrir le plus joli des écrins. Si certains bébés naissent avec une cuillère en argent dans la bouche, celle de Chelsea est sertie de brillants, de brillants Harry Winston.
Alyssia est le premier amour de Chelsea et elle tiendra toujours la place number one dans son cœur. Elles sont fières l’une de l’autre et s’admirent mutuellement. C’est dans les yeux de sa maman que Chelsea comprend aussitôt l’importance de se faire aimer et surtout de se sentir aimée.
Toutefois, ces quelques minutes de tendresse tout juste appréciées, une chose imprévue se produit. Chelsea est sur le point de vivre sa première vraie rencontre, celle qui donne des papillons dans le ventre et des étoiles dans le cœur. Un homme pénètre dans la chambre de la clinique So Private, joliment décorée de fleurs ou plutôt repeinte d’un paysage digne des ponts japonais de Monet ou des tournesols de Van Gogh !
De plus la jeune fille s'parçoit qu'elle n'est pas seule avec sa mère et cet homme dans la chambre, une autre femme est allongée sur son lit un bébé dans les bras. Les yeux clairs de la belle se fixèrent sur ce petit bébé de sexe masculin semblant lui demander
<<Tu n'aurais pas vu mon portable slim par hasard ?>>
Mais le petit garçon sembla secouer la tête négativement. Chelsea n'avait pas conscience que ce petit être deviendrait son meilleur ami au fil du temps et qu'elle grandirait avec lui.

Blottie dans les bras de sa maman et emmitouflée dans son tout premier body Baby Dior imprimé girly - rien n’est trop beau pour les petits anges new yorkais pourvu qu’ils soient au top ! -, Chelsea se rehausse afin d’observer de haut en bas ce bellâtre surchargé de paquets. C’est l’origine même de ses deux passe-temps préférés : le shopping agrémenté d’un soupçon de testostérone. Plus sérieusement, qui peut-être ce grand monsieur aussi bel homme que Georges Clooney dans la série Urgences, référence Outre-atlantique des années quatre-vingt-dix en matière de millionnaire à épouser ?

Fou de bonheur, cet homme embrasse Alyssia et prend tendrement Chelsea dans ses bras, contre son cœur. Il a un regard si doux et si protecteur que Chelsea ne pourra jamais l’oublier. Cet homme peut bien disparaître à l’instant même, Chelsea décide de relever le challenge de retrouver cette émotion dans le regard d’un autre homme.
Hypnotisée par ce premier individu de sexe masculin, ce petit être de quelques heures seulement se sent déjà hors du temps. « Ah les hommes ! » choisissent toujours leur moment pour nous retourner le cœur, comme les derniers escarpins Prada. L’amour devient inéluctablement la drogue de Chelsea. Elle ne se contentera pas uniquement d’amour car Chelsea se montre très demander de diverses autres choses : chaussures, sacs à main, maquilleurs, chauffeurs…mais elle vivra l’Amour.
Défi numéro 1 : Aimer et être aimée de façon inconditionnelle.

La voix de cet homme est aussi séduisante que rassurante. Il déborde de joie et Chelsea se délecte de partager cet instant avec lui, même si elle n’a pas conscience qu’elle est elle-même au cœur de la fête. Elle est subjuguée par ce sauveur si particulier, autant qu’elle l’est par les nombreux cadeaux qu’il a apportés. Chelsea regarde sa maman avec un œil complice. Si elle avait pu parler, elle lui aurait sans doute demandé : <<Alors, c’est lui ?>>
Les grands yeux noirs d’Alyssia se délectent de ce moment magique. Elle s’entend penser « Ah les hommes ! » tout en se réjouissant des futurs moments où elle échangera cette fabuleuse découverte avec sa fille.
<<Elle est splendide, ma chérie !>> s’écrie le beau monsieur en regardant amoureusement Alyssia.

<<Alors, montre tes sacs !>> semble lui dire sa fille, pressée que sa maman ouvre les cadeaux afin de découvrir toutes ces merveilles griffées Comme tout père gâteux qui se respecte, Paul a dévalisé Baby Dior, BBY – Baby Burberry pour les moins branchés -, Baby Hermès…et tous les Babies de la 5th Avenue. Les vendeuses ont dû sentir le bon client tout récemment devenue papa d’une petite fille à la cuillère sertie de brillants et lui ont proposé, par conséquent, toutes les collections, si ce n’est les boutiques elles-mêmes La Maserati de Paul s’est retrouvée envahie de paquets à gros nœuds, ce qui occupe Alyssia pendant un moment.
Toute excitée de voir les jolis vêtements que son père a choisis pour elle, Chelsea le couvre de bisous.
<<Tu as vu chérie, à quel point elle m’aime, cette petite !>> dit Paul à sa femme, très heureux de la reconnaissance de son charmant trésor.
<<Mais non, Paul, elle commence à te soudoyer !>> rit Alyssia de bon cœur tout en lançant un clin d’œil à son bébé d’amour.
Défi numéro 2 ; découvrir les créateurs et a) hériter, b) gagner beaucoup d’argent ou plutôt c) réunir les options a) et b) pour s’emparer de leurs œuvres les plus uniques et voler la vedette à Pierce Brosnan dans « L’affaire Thomas Crown ».

<<Ah j’oubliais ! Je dois appeler un décorateur pour ma future chambre. Je me doute bien que nous n’allons pas rester dans ce trente mètres carrés ! Mais où est passé mon portable ?>> s’agite nerveusement Chelsea. Cependant, voyant sa maman habillée d’un somptueux long déshabillé de soie couleur champagne La Perla et son père qui porte excellemment bien le jean brut, Chelsea décide d’attendre de voir ce que ses parents lui réservent.

Arrivée à la maison, Chelsea prend ses marques dans sa nouvelle chambre, digne d’une suite junior – baby junior ! – envahie de paniers du Nain Bleu Paris et de coffrets Tiffany envoyés dès la nouvelle rapidement répandue. Le Nain Bleu Paris est aux jouets ce qu’Hermès est aux sacs : luxissime.
La suite de Chelsea donne sur une jolie terrasse luxuriante orientée plein sud. Dehors est disposée une table en marbre et pieds en fer forgé, encerclée de chaises ornées d’énormes nœuds roses. Chelsea est aussitôt rassurée de voir que son petit-déjeuner lui sera servi au soleil, bercée par les éclats d’eau de cette majestueuse fontaine en pierre entourée par deux anges. Une partie de la terrasse est composée d’un muret en briques rouges odieusement parisien, ce qui séduit immédiatement Chelsea. Autre erreur de la part d’Alyssia et Paul qui aujourd’hui paient suffisamment cher les nombreux allers-retours de Chelsea à Paris !
Inside, son lit semble moelleux et ses draps en satin rose lui promettent de belles et douces nuits. Ses initiales sont cousues sur les coussins et les draps, peintes sur les meubles, et gravées sur ses couverts…Le personnel s’est rudement activé pour accueillir la fille d’Alyssia et Paul.
<<Je suis rassurée de voir que l’on m’a installé une coiffeuse ! Oh, sur une marche en plus, j’adore !>> pense Chelsea en tentant d’attraper sa brosse avec sa main ; mais sans succès, tant sa maman la serre contre elle. <<Bon, très bien, je me recoifferai plus tard ; lorsqu’on me laissera un peu d’intimité !>> se résigne Chelsea. Elle jette alors un coup d’œil de l’autre côté de la pièce où sont apparemment prévus les divertissements. Alors que de nombreuses peluches lui sourient chaleureusement, Chelsea commence à pleurer.
<<Qu’y a-t-il ma chérie ? La couleur de ta chambre ne te plaît pas ?>> plaisante Alyssia.

Il est vrai que Chelsea aurait préféré un rose plus soutenu plutôt que ce rose layette très bébé, mais elle assume malgré tout son jeune age de quelques heures seulement et note d’engager un décorateur plus trash, dès qu’elle aura repris des forces. Car c’est épuisant de naître sans le cheveu ébouriffé !

En fait, c’est à la vue de ses poupées que Chelsea se met à pleurer. Elles ont des allures de top model. L’une porte un ensemble en jean Cavalli, superbe ! Et la brune dans le coin est habillée d’un tailleur Chelsea à tomber…Oh et elle là-bas, avec sa robe Azzaro !! Chelsea se sent tout à coup boudinée dans son body Baby Dior et meurt d’envie de se changer.
<<Mais voyons, que m’a-t-on prévu à moi comme tenue pour la journée ? Ils ne vont pas me laisser en pyjama tout de même ! Je suis un bébé, certes, mais je suis une fille avant tout ! Qu’ils ne l’oublient pas !>> explique Chelsea en tirant sur son body afin de se faire comprendre par ses parents. Mais Paul redonne immédiatement le sourire à sa fille en lu montrant ce qui se cache en haut de ce joli escalier. Bien que Chelsea soit une belle plante de cinquante centimètres, à ses yeux, ces trois belles marches s’apparentent à un escalier digne des plus somptueuses boutiques Vuitton. Alyssia et Paul ont fait construire un dressing sur mesure pour ranger la garde-robe de leur poupée. Découvrant la taille de cet espace débordant de portants remplis de cintres et de nombreux tiroirs, Chelsea applaudit de joie. <<Oh c’est trop !!! Vite un appareil photo, je dois immortaliser !! Personne n’a retrouvé mon téléphone !!>> se dit Chelsea. Pourtant, tout le monde aurait dû le repérer avec son topissime bijou de portable Fancy Fanny – une marque parisienne principalement distribuée dans les boutiques des sixièmes et septième arrondissements.

Une fois remise de ses émotions, Chelsea visite la suite de ses parents avec plaisir. Ils ont une suite beaucoup plus grande que celle de Chelsea mais leur terrasse est plus petite. Alors Chelsea ne leur en tient pas rigueur. <<Ca alors ! Qu’est ce que ce grand tableau noir ? De quel peintre est-il ?>> tente de demander Chelsea à son père, en pointant du doigt la surface sombre non identifiée.
<<Tu vois ma chérie, si tu es sage, tu pourras regarder des dessins animés avec nous ici>> propose Paul en lui faisant un câlin
Si les parents de Chelsea adorent leur minisalle de cinéma avec un superbe écran plat –avant-gardiste pour les années quatre-vingt-dix – qui descend du plafond, Chelsea, elle, se demande bien qui sont ces paysans qui préfèrent regarder des cartoons plutôt que de se brancher sur Fashion TV. D’ailleurs, pourquoi n’a-t-on pas prévu d’installer la chaîner dans la suite de Chelsea ? Elle règlera ce problème plus tard avec le majordome. Pour le moment, elle désire se changer et se pouponner. Alyssia l’habille d’une petite robe Dior en dentelle pour laquelle les filles un peu plus âgées se damneraient !

Petite fille aussi active qu’une attachée de presse la veille d’un défilé, Chelsea semble accélérer le temps. Elle tient sur ses skis avant même de tenir debout et apprend à courir avant de savoir marcher. Si Paul est fier de sa dévaleuse de pistes, Alyssia s’amuse de cette petite Brown Girl dévoreuse de marques.
Plusieurs temps plus tard, le bébé devient petite fille. Une petite fille modèle. J’entends une petite top modèle. Chelsea s’empresse d’apprendre à marcher pour accéder au paradis et ouvrir les portes de son dressing où elle passe la majeure partie de son temps.

Chelsea partage des moments en or avec sa famille diamantissime ! Les matins d’automne, elle enfile sa robe de chambre en angora et téléphone à ses parents pour les convier à boire un chocolat chaud sur sa terrasse, bien qu’ils soient dans la pièce juste à côté.
Remarquez que dire « à côté » dans une villa de plus de huit cent mètres carrés est tout relatif !
Ses parents lui donnent la mauvaise habitude de la traiter comme une VIP, une Very Important Princess. Pour son premier anniversaire de Brown Girl, ils achètent un diadème en strass Swarovski et des chaussons roses pailletés Sonia Rykiel Cela dit, Chelsea est toujours très touchée de leurs nombreuses attentions.

Chelsea attend avec impatience le jour où sa maman l’emmènera vraiment shopper ! Chelsea se lasse des sorties à Central Park, des week-ends à Saint-Tropez…Elle veut faire les boutiques comme une grande, rien qu’une fois ! En attendant ce grand jour qui officialise la condition féminine de toute petite fille, elle récupère les magasines d’Alyssia et fait des piges pour ses poupées. Et quand Alyssia part shopper, elle lui donne ses découpes !


Dernière édition par le Ven 2 Mar - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://american-beauty.frbb.net/index.htm
Chelsea Cooper
|- Torride Atomic Admin -|
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 26
Citation : Je suis peux être une garce, mais au moin j'ai le courage de l'admettre
Love < 3 : Nobody...Shuck Me, Suck Me, eat me raw
Emploi : Chieuse Professionelle ^^
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Chelsea Cooper [Torride Admin]   Ven 2 Mar - 13:49

Emprisonnée dans son loft à l’instar d’une petite princesse prisonnière de son château, Chelsea ne laisse aucun répit à ses parents, sans cesse convoqués pour un nouveau spectacle qu’elle annonce avant le dîner en distribuant à chacun une invitation : tours de magie, ballets de danse, concerts de piano et surtout défilés de mode !
Il faut avouer que la villa d’Alyssia et Paul, relooké par Philippe Starck avec des meubles design du monde entier, s’y prête particulièrement. Les volumes ont été modernisés tout en conservant la structure d’origine de l’immeuble haussmannien. Les lignes futuristes sont soutenues par des meubles hypra-architecturés, dans un cadre de moulures et de colonnes Aux yeux de Chelsea, ce décor « collector< donne matière à un fashion show hors du commun.
Pour la plus grande fierté d’Eva, sa grand-mère maternelle magnat de la mode, Chelsea exprime dès son plus jeune âge un goût prononcé pour l’allure et le style. Après s’être entraînée sur les salopettes Oshkosh de ses poupées mâles, elle décore ses kilts BBY de paillettes, restructure ses robes Ralph Lauren et customise de décalcomanies ses sandales en cuir matelassé Chelsea.

Son envie irrépressible de fashion expression lui vaut d’innombrables punitions, que Chelsea sait abréger en plaidant non coupable auprès de son père. Sachant son mari corrompu, Alyssia veille à la bonne éducation générale de la petite tribu pour éviter de futurs dérapages. Ainsi, tout ce petit monde grandit sans anicroche.


Vive d’esprit et très gaie, Chelsea sympathise avec ses partenaires de jeu d’une façon déconcertante. Nicolas, le fils d’un grand cuisiner étoilé, veut toujours partager son goûter avec elle ; tandis que Julien, fils d’un producteur de real-TV, lui chante ses compositions et Thibault, fils d’un grand avocat d’affaires, la protège constamment. Mais la personne la plus importante à ses yeux reste biensur son meilleur ami depuis sa naissance Charlie. Chelsea ne le fait pas méchamment mais elle s’amuse énormément de toutes les attentions qu’elle récolte. Chelsea a toujours connu un franc succès relationnel comme le dernier né d’une collection Vuitton et est aussi sollicitée qu’un créateur après son show. Oui, Chelsea est en perpétuelle représentation.
La brune attitude existe. Déterminées, drôles et distinguées, les Brown Girls abattent leurs atouts avec un aplomb et une énergie hors normes. Elles ne font pas des pubs pour un gloss rose Barbie ou une collection Diorella ; mais elles sont à l’affiche de mascaras pulpeux et de couturiers qui « femellisent » les silhouettes comme Dolce & Gabanna ou Versace.

Dès la rentée 1995, Chelsea, huit ans, teste ses nouveaux ensembles sur ses camarades : pantalon et veste en flanelle, manteau en lainage côtelé et jupe assortie…Maintenant qu’elle est à l’école primaire, Alyssia l’emmène shopper. C’est aussi puissant qu’une dose d’héroïne, il suffit d’une fois pour ne plus s’en passer ; mais la mode ne nuit pas à la santé, au contraire !
Tandis qu’Alyssia décroche les cintres, Chelsea défile comme aucune autre petite fille dans les salons d’essayage –normal après s’être entraînée des années chez elle devant un public sous le charme ! Les autres clientes la couvrent de compliments et Chelsea récolte pléthore d’invitations, tant les mondaines sont conquises par cette petite Brown Girl. Chelsea ne court pas après les goûters frivoles, elle s’amuse juste du pouvoir de séduction dont la nature semble l’avoir dotée.
A ses 9 ans, elle commence le jeu du "Cap ou pas Cap" avec son meilleur ami Charlie ayant trouvé une étrange boîte à manège. Dès lors, ce jeu prend une part importante dans leur vie s'amusant constamment à se lancer des petits défis devenant de plus en plus énormes et conséquents !


Année 1997, Chelsea devient une adolescente extrêmement vivante, voire épuisante –pléonasme ! Toujours de bonne humeur, elle entraîner naturellement les autres à sa suite. On envie sa spontanéité désarmante. Chelsea peut tout se permettre tant elle respire la gentillesse et l’honnêteté, qui sont aussi inhabituelles à cet âge-là qu’une seconde d’ennui au défilé Victoria’s Secret.
Les années collèges s’écoulent aussi rapidement qu’une heure chez Gucci. Chelsea évolue au même rythme que les autres jeunes de l’Upper East Side et des proches alentours, c’est-à-dire extrêmement vite et de façon très confortable.

D’un enthousiasme à toute épreuve, Chelsea est le pilier des reines de l'Upper et énormément de filles auraient voulu être à sa place. Les garçons sont toujours agréables et naturels avec elle S’ils draguent les autres filles à outrance, ils gardent leurs distances avec Chelsea…et surtout avec ses parents !
A l’époque de ses premières lingeries – merci Pucci pour les imprimés colorés et rafraîchissants qui collent à notre maturité de toute jeune fille ! – dès que Chelsea tourne les talons, certaines filles se moquent de l’indifférence qu’elle provoque chez les garçons. Avec le recul, elles réaliseront sans doute que ces jeunes messieurs protègent Chelsea de leurs mauvaises intentions. Ce qui pour la plus peste de chez peste mais surtout gourde est une preuve d’un manque de beauté évident. Mais bien sûr ! Quand tu seras célibataire ou énième maîtresse d’un homme marié, on te conseille vivement de changer de comportement.

Grâce à la relation unique que Chelsea entretient avec son père, la gent masculine est irrémédiablement conviée à prendre le relais en la rassurant et en la cajolant sans jamais avoir de geste déplacé. Chouchoute de ces tout jeunes hommes, la Brown Girl s’émancipe et devient de plus en plus ravissante.


Au lycée, Chelsea fait partie des filles que l’on invite dès la sortie des cours pour boire un cappuccino ou l’aider à faire un exposé. Les prétextes scolaires croulent sous le regard hypnotisant et envoûtant de cette personnalité, caricature de lion aux yeux aussi noirs qu’innocents. Chelsea ne se rend pas compte de l’effet qu’elle produit et c’est sans doute cette innocence exacerbée qui charme. Et quel charme ! Sourire éclatant, regard étincelant, chevelure aussi épaisse que brillante, le tout soutenu par un corps fin et élancé. Malgré tout, Chelsea ose se plaindre de ne pas être une beauté comme celles cadavériques et figées dans Vogue.
Pourtant elle excelle dans la manière de s’entendre répondre « oui » sans jamais avoir posé aucune question claire ! Elle s’étonne sans cesse des différentes stratégies utilisées par les jeune gens pour la conquérir… «Ah les hommes ! » laisse-t-elle échapper à mi-voix lors d’une discussion de filles avec Alyssia, sans réaliser la portée d’une telle expression. Elle se surprend même à tester son caractère sur eux. Non pas qu’elle ait des penchants sadiques ou tortionnaires comme le font dix centimètres de talons Manolo Blahnik au bout de quelques pas, mais elle aime pousser ses petits amis à bout.
Chelsea’s boy-friends se ressemblent tous : beaux, riches, drôles et…vraiment très beaux ! Mais chacun d’entre eux lui fait découvrir de nouvelles qualités ou révèle des défauts bien ancrés chez elle.
Si certaines filles de sa classe vivent de véritables histoires d’amour, Chelsea ne montre jamais de dépendance aiguë pour un garçon c'est pour cela qu'elle ne cautionne que les relations non exclusives. Pendant ces années post-2000, Chelsea ne vit que de mode et d’eau fraîche – de l’Evian uniquement.
De toute façon, elle préfère passer son temps au musée. Ce que Chelsea appelle musée désigne en fait les grands magasins : Barney’s et Mancy’s à New York, Harrods à Londres…Autant d’œuvres d’art de différents créateurs réunies dans un seul et même endroit frôle le paradis, un paradis de Brown Girl. Chelsea est prête à payer un ticket d’entrée plein tarif pour ce voyage au centre du style et ces songes d’une journée de chaussures et d’accessoires.
Alyssia essaye tant bien que mal de faire découvrir à sa fille la peinture, la sculpture et l’architecture. Mais aux yeux de Chelsea, toutes ces sphères sont au service de la mode dans la mesure où les silhouettes sont des sculptures et les tissus, des peintures…signées par le fashion designer, l’artiste !


Dans les années 2005, Chelsea affiche un nouveau petit ami comme elle arbore son nouveau top Paul & Joe avec un Balenciaga de la couleur assortie. Pour Chelsea, tout est question d’humeur et de moment. Chaque garçon comme chaque fashion designer a sa personnalité, son identité, ses goûts et son style. Si beaucoup plaisantent de la ressemblance de tous ses petits amis, elles l’envient constamment parce qu’ils ont tous une « belle gueule » et un sens inné de la fête. Ils sont comme Chelsea : irrésistibles et à croquer. Il n’y a pas de recette pour les acquérir, c’est là toute la magie du charme !
Si les autres filles jouent aux reines de la nuit en dansant dans la cristal room – digne remplaçant du carré VIP complètement has been – du Pacific Groove, une coupe de Barok à la main, Chelsea elle, sous ses apparences de fille forte, joue à la petite princesse et sirote son coca light en toute impunité.
En art, le style baroque veut étonner et toucher les sens. En théorie, le Barok est un mélange de champagne rosé, liqueurs et divers jus de fruits qui touche ainsi tous nos sens par sa saveur aussi irrésistible qu’étourdissante. En pratique, le Barok est l’accessoire club de 2007 à porter au bout des ongles lors de toute soirée. Il prolonge élégamment le sac à main suspendu au creux du bras et étonne par son aura esthétique. Il est servi dans un verre cossu, au design d’un cube de glaçon.

En 2006, nous goûtons toutes à notre première dose de Miuccia Prada qui vous rend immédiatement addicted. Chelsea devient complètement inséparable avec son meilleur ami Karl. Ils font les 400 coups ensembles et ne se quittent plus d’une semelle. Leur petit jeu du Cap ou Pas Cap prend une amplitude encore plus grande et importante jouant carrément avec le feu. Un soir Charlie apprit que son meilleur ami Karl avait couché avec Chelsea - alors que cette dernière avait réfusé de coucher avec Charlie son meilleur ami - blessé, le jeune homme apporta la boîte à sa meilleure amie en lui lançant un défi "Cap ou pas Cap de ne plus se voir pendant deux ans ?". Ce fut tout de même un gros choc pour la jeune femme mais elle se résigna à accepter même si cela la rendit très triste pendant un long moment.
La voilà se retrouvant deux ans après à Londres, grande capitale de l'Angleterre où ils se sont donnés rendez-vous. Elle espère bien entendu revoir son meilleur ami de toujours qu'elle aime malgré elle même si elle ne veut pas se l'avouer.

C’est ainsi que se résume jusqu’à aujourd’hui la vie de Chelsea, jeune femme en fleur dont l’histoire reste encore à finir car elle n’est pas prête de s’arrêter de sitôt…


Inspiré du livre « Made in Paris » d’Elisa Boruchovitch




Entre romantisme et cynisme, voici les débuts d'un "adorable monstre" de dix-neuf ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://american-beauty.frbb.net/index.htm
Chelsea Cooper
|- Torride Atomic Admin -|
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 26
Citation : Je suis peux être une garce, mais au moin j'ai le courage de l'admettre
Love < 3 : Nobody...Shuck Me, Suck Me, eat me raw
Emploi : Chieuse Professionelle ^^
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Chelsea Cooper [Torride Admin]   Ven 2 Mar - 13:56

I like me ^^
Perfecto !

[Auto-validation]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://american-beauty.frbb.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chelsea Cooper [Torride Admin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chelsea Cooper [Torride Admin]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "au coeur du mal " de chelsea cain
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» Gary COOPER
» Come get a little closer... Gabriel Aaron COOPER
» Nuit torride à la maison de retraite.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeux d'enfants :: Présentations :: Archives-
Sauter vers: